• Accueil
  • > ANALYSE GRAPHOLOGIQUE ( 12)

ANALYSE GRAPHOLOGIQUE ( 12)

Quand je dis que la lettre d’Adieu fait une page ce n’est pas anodin, car même quelqu’un de suicidaire, qui veut vraiment mourir (c’est-à-dire le contraire de Yohan), si il prend le temps d’écrire toute une page, il n’en a plus envie, il a réfléchi ! …Ensuite ce courrier Yo l’aurait mis dans sa chaussette, et il serait tombé fort à propos devant témoins à l’hôpital, l’enquêteur le prend et le garde sous le secret d’enquête (d’ailleurs l’enquête s’est basée à ça, à prendre les vêtements que Yohan portait, puis à mettre son dossier médical sous scellé afin que je ne puisse pas en prendre connaissance, et pour finir à prendre quelques dépositions dont la mienne ou l’on a exigé que je sois seule et à un moment de fragilité extrême, à peine quarante huit heure après que j’ai enterré mon enfant ce qui n’était peut être pas involontaire, puis la juge a trouvé que c’était suffisant ! trouvez vous cela normal ? ) ………………… Quand le directeur de la maison d’arrêt me reçoit, il me cite tout le contenu de cette « lettre d’Adieu » qui est toujours sous le secret d’enquête et qui n’est passé que dans les mains de Yohan et celles de l’enquêteur. Comment expliquez vous cela ??? Et la juge refusera toujours d’entendre cet homme pourtant en plus de ça, c’est lui qui avait la responsabilité de la vie de mon fils, mais la magistrate s’obstine dans son refus……J’ai peu de ressources ce qui explique que j’attendrai d’avoir réuni l’argent pour faire réaliser par un expert une analyse graphologique sur ce courrier «  d’Adieu » puisque la juge s’y oppose formellement, moi je vais le faire ! J’aurai les résultats en novembre 2005 et ceux-ci sont très clair, il y a l’écriture de deux personnes différentes sur le « courrier d’Adieu »…Je fais passer l’analyse graphologique à la juge, j’ai espoir qu’elle va enfin diligenter une vraie enquête !……Mais la réaction de cette magistrate est de ne plus jamais parler de cette lettre, sur laquelle tous ses écrits s’appuyaient jusque là, et dés lors elle détournera les questions au sujet de cet écrit comme si elle ne comprenait pas ce que je lui dis !………Est ce, ce qu’une mère dont on a assassiné son fils est en droit d’attendre de la justice ? Est-ce ainsi que la justice Française doit se rendre au XXIème siècle ??? Comment réagiriez vous à ma place ? Moi je suis effondrée, anéantie ou dans une rage folle, selon les moments…Pourquoi une maman en souffrance qui fait le travail de la justice à sa place n’est même pas entendue ? Pourquoi toute cette injustice ? Pourquoi la justice Toulousaine accepte sans problème de prendre le risque de laisser courir des assassins en totale liberté ?… En refusant d’élucider cette affaire la justice Toulousaine est elle consciente qu’elle renouvelle la même erreur qu’avec les victimes d’Alègre dont elle avait classé les assassinats en suicide ? Permettant ainsi à Alègre de multiplier ses victimes ? Comme pour cette triste affaire il va falloir que combien d’enfants agonisent ? Combien de parents devront pleurer des larmes de sang ? Avant que la justice Toulousaine réagisse ?………………………………

A la nouvelle maison d’arrêt de Toulouse SeyssesDans le quartier disciplinaire, les détenus (souvent très jeunes), subissent des brimades quotidiennes :
     

- Donc les jeunes sont stressés et ils le manifestent en cognant à la porte de cellule. Cela énerve une surveillante du mitard, elle s’organise à sa façon pour avoir la paix, à savoir : Elle leur fait injecter des calmants, qui sont efficaces….. 2 jours, et après ces mêmes petits jeunes mettent deux jours de + pour se remettre.
 
Cet article ci-dessus a été copié collé, c’est la déclaration d’un ex détenu, sur Internet, et moi maintenant je me pose la question : aurait on injecté à Yohan par force une puissante dose de calmant avant de lui faire écrire cette soit disant lettre d’ « Adieu » d’un fils à une mère ?  Qui ne correspond pas du tout à Yohan et qui comporte l’écriture de deux personnes c’est certifié par l’analyse graphologique. Et il ne faut pas oublier que malgré les cinq jours d’hospitalisation de mon fils, il n’est pas parvenu assez de sang aux experts pour éffectuer certaines recherches quand ils ont réalisé la toxicologie. 
 

 
 

     
 

Une réponse à “ANALYSE GRAPHOLOGIQUE ( 12)”

  1. Chantal Mozer dit :

    Que pourrais je bien vous dire ? Courage ? Ne baissez pas les bras ?
    Mots vide de sens au regard du cauchemar que vous vivez…
    Acceptez mon soutien dans votre combat pour Yohan.

Laisser un commentaire